2013-11-13

Idée…Action ! Ou quand la réflexion pousse à la réalisation.

Par Agnès Lorgueilleux
Agente de projet @Exeko


En avant-première, le film L'itinérance c'est d'la job, réalisé par des participants dans le cadre des ateliers idAction@Maison du Père, a été présenté jeudi 31 octobre !

Imaginé, écrit, scénarisé et produit par les participants eux-mêmes, ce court métrage raconte sous forme de documentaire-fiction leur vie au quotidien. La grande première a eu dans la salle d’activités de la Maison du Père en présence de nombreux usagers, des intervenants, des bénévoles et des membres d’Exeko. Stéphane, Steve, Raymond et Sylvain, les acteurs-producteurs, ont été félicités par de chauds et longs applaudissements à l’issue de la diffusion. Tous s’accordent pour que la vidéo soit massivement diffusée sur les réseaux sociaux et même… envoyée aux chaînes de télévision. Un franc succès !




Et ils le méritent. Tous les jeudis depuis plusieurs mois, les résidents de la Maison du Père sont invités à participer aux ateliers menés dans le cadre du programme idAction autour de multiples sujets tel que « Comment lancer un message fort ? », « La démocratie dans la ville », « Comment passer à l’action… (citoyenne) ? », « Canevas pour un changement social », « Que penser de l’égalité des chances dans notre société »…
Chacun est libre de venir, d’interagir, d’exposer ses idées, bref de se construire une pensée libre que les médiateurs facilitent, nourrissent, stimulent en explorant des outils réflexifs, en permettant l’appropriation d’enjeux de société, en développant l’esprit critique et en encourageant les actions citoyennes afin de favoriser l’inclusion sociale des participants.

Ce soir-là d’ailleurs, après la diffusion, s'en ait suivi un atelier autour du thème « La démocratie en ville » avec Marie-Paule et Will, médiateurs. Plus d'une vingtaine de personnes ont participé allant même jusqu’à la présence de quarante personnes, certaines venues tout simplement écouter et assister aux débats. Pêle-mêle dans les citations du soir : « Pourquoi y'aurait pas un ministre de la pauvreté ? Qui ne vit pas la richesse mais voit la pauvreté ? » (Sylvain), « Un ministre qui dormirait dans les refuges, irait manger à la soupe populaire », « Le problème c'est l'argent. Toute l'éducation est basée sur l'argent, le but c'est l'humanité. Ce qu'il faut c'est l'éducation du citoyen plutôt que de créer du besoin. » (Stéphane)

Ainsi, c’est de ces moments d’échanges que la réflexion a rejoint…. l’action ! Parce qu’au-delà du simple constat de la situation personnelle de chacun, il ne suffit pas de poser les problèmes et d’envisager l’individu par les conditions dans lesquelles il se trouve mais voir plus loin, voir qui il est réellement. Faire connaître à la société ces personnes qu’elle ignore, réfléchir aux moyens de changer les choses, apporter des idées et des solutions constructives, c’est de tout cela qu’est nait le film L’itinérance c’est d’la job !
Extrait du scénario (c)Exeko

Au cours des semaines, de nombreux participants ont ainsi apporté idées et points de vue et ce, même s’ils n’apparaissent pas à l’écran. Chacun a tour à tour manié caméra et micro et s’est improvisé réalisateur. Sébastien Croteau a accompagné bénévolement les participants de ce projet et a finalisé le montage.

Extrait de l'itinérance c'est d'la job! (c)Exeko

Bien loin des clichés et avec beaucoup d’humour, c’est là un beau moyen pour eux de faire entendre leur voix sur l’itinérance, les clichés et les difficultés du quotidien, de poser un regard plus large sur la société. Au fil des secondes cependant, c’est aussi un message d’espoir que nous livrent Stéphane, Steve, Raymond et Sylvain.

« Vivre l’itinérance, c’est semblable à une table de pool. […] Derrière chaque numéro on retrouve un nom, une personne, une identité à part entière. […] Faut pas lâcher, toujours continuer. »

Extrait du film, métaphore de la table de pool (c)Exeko
Tout est dit !

Un grand merci à tous les usagers de la Maison du Père, initiateurs, créateurs et acteurs du film et plus particulièrement à : Stéphane Chénier, Steve Emmanuel Giordani, Raymond Baulne et Sylvain, et à Sébastien et tous les bénévoles qui sont toujours d’une grande aide !

Générique (c)Exeko
Merci aussi à l’équipe de la Maison du Père, la direction, les intervenants, les bénévoles, qui ont rendu possible ce projet en acceptant le tournage de ce film et en soutenant les ateliers idAction.

Bravo enfin à Marie-Paule et Will, médiateurs idAction chez Exeko qui se sont investis et ont porté le projet avec brio !



Un partenariat rendu possible grâce au soutien de la Fondation du Grand Montréal et à la Caisse d’économie solidaire Desjardins. Merci à eux !





2013-11-11

Quand la littérature s'invite à Plein Milieu...

Mardi dernier avait lieu l'inauguration d'une nouvelle bibliothèque inclusive, relais idAction Mobile du service de prêt de livres développé depuis un an et demi.

Après Le Centre d'Amitié Autochtones, les Projets Autochtones du Québec, la Maison du Père, l'Accueil Bonneau, et le P.A.S de la Rue, c'est donc Plein Milieu qui héberge nos petites perles de littératures!

Sous la houlette de Julien, messager pour Plein Milieu, les livres prennent donc place sur les étagères, et nous profitons de l'un des soupers réflexion idAction donnés bi-mensuellement par Claude et Marie Paule, pour inaugurer la bibliothèque et couper un ruban improvisé pour marquer l'occasion! 

Julien coupe le ruban (C) Exeko

Ce soir la, je suis invitée par les participants et médiateurs à me joindre au souper. Ravie, je prends donc ma place dans l'équipe, découpe des champignons aux côtés de Pat, mélange la sauce des délicieuses pâtes Alfredo, menu du soir, tout en jasant de classiques de la littérature tels que 1984, ou encore de Fahrenheit 451 avec Julien. On fait des parallèles avec l'actualité, on s'ébahit de la clairvoyance de G. Orwell! Le repas se poursuit, l'ambiance y est à la fois très conviviale, tout le monde met la main à la pâte, et très réfléchie : Ce soir la, Bobby, participant, cherche une solution pour créer davantage de lien et faire venir plus de personnes autochtones aux soupers. Un belle exemple de réflexion inclusive!

au menu du souper idAction... (C) Exeko

Après un souper animé de belles discussions, Claude et Marie Paule proposent une activité autour des livres, testée par Alexandra, William et Nadia lors de la nuit des sans abri : chacun prend au hasard un livre, et en propose un extrait, en réponse à son voisin, ou tout simplement lorsque cela se prête bien dans le contexte! Fous rires assurés, les répliques fusent, entre le totalitarisme polonais des années 40, le bouddhisme, et les histoires d'amour passionnées! Un beau moyen de creer un premier contact avec l'oeuvre, de façon originale!

Bobby et Marie Paule en plein kung fu littéraire (C) Exeko

La citation de la soirée? "Donner accès à la culture et au savoir, c'est reconnaître des êtres pensants  qui valent la peine, qui sont des citoyens à part entière!" (Julien)



Un partenariat rendu possible grâce à l'entente de lutte contre la pauvreté





2013-11-07

Journée de formation et projet avec les jeunes de Kanehsatake

Par Agnès Lorgueilleux
Agente de projet @Exeko

De belles équipes créatives d’artistes en vue des prochains groupes Trickster !
 

Plusieurs nouveaux départs en communautés sont prévus au cours des prochains mois grâce au soutien financier de Patrimoine Canadien. Un projet dans la communauté Mohawk de Kanehsatake est d’ailleurs en cours depuis début novembre en partenariat avec le Conseil de bande et se tient à l’École secondaire Ratihen:te avec un groupe de jeunes du secondaire 1 et 2!  

Dans le but d’enrichir et diversifier notre équipe Trickster, une journée de formation d’artiste-intervenants a eu lieu la semaine dernière.
 
Après un petit jeu d’ouverture et de présentation, échanges et partages se retrouvent au cœur de cette journée. Pour débuter, Widia Larivière, jeune femme Anishnabe et coordonnatrice jeunesse pour Femmes Autochtones du Québec, dresse un portrait socio-historique des Autochtones au Québec et de la diversité des réalités autochtones selon les contextes et les communautés. 

Widia et Mélanie parlent de réalités autochtones au Québec (c) Exeko
Widia s'exprime sur l’importance du bien-être chez les jeunes autochtones : « Les enfants et les jeunes représentent près de la moitié de la population autochtone. Il est primordial de miser sur eux en les outillant et en développant leur estime de soi car ils sont des porteurs d’espoir pour l’avenir de nos peuples. Et ce n’est surtout pas le potentiel ni le talent qui leur manque. » Puis, Mélanie Lumsden, chargée de projets Trickster et membre de la nation Inuvialuit, a souligné l’importance de l’intégration de la sensibilité interculturelle comme étant au cœur de l’approche du projet.
 
Chaque médiateur apporte sa propre couleur! (c) Exeko
Puis, Jani Greffe-Bélanger, coordinatrice terrain, entourée de Maxime Lee Larose et Emmanuel Cyr, artiste-intervenants, présentent tour à tour trois récits d’expérience en 8 images : Trickster@La Tuque, Trickster@Waswanipi et Trickster@Garden Hill. Ces témoignages ont d’autant mis en avant la multitude des approches et des enjeux qui font de chaque Trickster une expérience unique. De nombreux échanges avec les artistes ayant déjà une « expérience Trickster » permettent de sensibiliser les artistes venus assistés à la formation. François-Xavier Michaux  achève cette matinée par un panorama du rôle de l’artiste-intervenant dans le projet, le soutien dont il bénéficie et l’éthique dont il doit faire preuve.

Maxime présente son pecha kucha sur Trickster@Waswanipi (c) Exeko
Les jambes commencent à s’engourdir, la faim se fait ressentir… c’est l’heure d’une pause bien méritée autour d’un souper offert et partagé tous ensemble. Tout le monde reprend des forces car l’après-midi se veut active ! Par petits groupes, les artistes sont mis en situations concrètes. 

Plus qu’une simple audition, Jani, Maxime et Manu leur présentent les contextes, basés sur une situation vécue en communauté, l’objectif étant de tester la mise en œuvre et la compréhension des objectifs du programme. Sous le regard aiguisé d’observateurs tel que Jan-Rok, instigateur du cirque social au Québec, un temps est systématiquement accordé pour interroger et analyser ses pratiques, mettre en lumière ses actions positives et ses limites, partager des connaissances et savoir-faire.


Mises en situations et discussions (c) Exeko
Cette journée emplie de bonne humeur créative et de plaisir s’achève déjà. Nous remercions tous les artistes qui y ont participé, Widia Larivière de Femmes Autochtones du Québec, Jan-Rok et son œil aguerri ainsi que l’équipe d’Exeko qui a formidablement bien orchestré cette formation. On vous donne rendez-vous très prochainement pour des nouvelles fraîches sur le projet Trickster@Kanehsatake ! 

Un grand merci à Patrimoine Canadien, au CTREQ et au Secrétariat à la jeunesse pour leur soutien à la réalisation de la formation et du projet Trickster@Kanehsatake. 

Merci au Conseil de bande de la Nation Mohawk de Kanehsatake et l’École secondaire Ratihen:te pour leur soutien et leur accueil chaleureux.



 



Découvrez le programme Trickster ici!

2013-11-06

Nourrir le corps et l’esprit avec idAction@Plein Milieu

Par Marie-Paule Grimaldi
Médiatrice idAction

Après la présence d’idAction à l’Oasis de Plein Milieu au Carré Saint-Louis cet été, l’aventure de cette collaboration se poursuit cet automne dans les locaux de Plein Milieu! Nous étant assurés de la complémentarité de notre approche avec les besoins de l’organisme et des participants, nous avons opté pour des soupers communautaires dans leurs locaux de la rue Saint-Denis, car il est bien évident que quand on n’a pas l’estomac dans les talons, c’est tout l’être qui s’élève mieux!

 Mise en situation et énigmes par les médiateurs idAction lors des journées Oasis organisées par Plein Milieu (c) Exeko

Les soupers-ateliers touchent aux trois axes du programme idAction : pensée critique, analyse sociale et action citoyenne, mais créent aussi simplement un espace où des liens se tissent différemment, en intellectualisant des aspects de leurs vies, en portant un regard commun et un peu nouveau sur celles-ci. C’est aussi un temps ou se respire l’entraide et la solidarité, alors que dans le partage des tâches de préparation et de ménage, tout un chacun veille sur l’autre, s’assure de son intégration à sa mesure et que son assiette soit bien remplie! Autour d’un repas chaleureux se forme une petite communauté singulière qui se demande comment participer à la grande société.


Quelques uns des slogans trouvés en groupe lors d'un atelier idAction@Plein Milieu (c) Exeko

Avant, pendant, après, il n’y a pas que de l’ouvrage pour les mains! Que ce soit pour créer des slogans à distribuer à la Nuit des Sans-Abri, réfléchir autour des élections municipales (pallier politique qui influence particulièrement les conditions de ceux de la rue), aborder la question de la migration de personnes en situation d’itinérance autochtones de l’ouest de Montréal au Plateau auxquels les Messagers de Plein Milieu (apprentis travailleurs de rue) sont confrontés, ou encore se demander comment la culture forge le vivre-ensemble au même titre que la politique à l’occasion de l’ouverture de la bibliothèque d’IdAction Mobile dans leur locaux, on ne manque pas de pain sur la planche...

Affichage et distribution des slogans crées en atelier idAction à la Nuit des Sans-Abris du 18 au 19 octobre 2013
(c) Plein Milieu

À travers des paroles crues et des idées savoureuses, nous mettons la table pour un peu plus de changement, dans nos perceptions comme dans le monde que nous habitons. Parfois nous trouvons sur le coup le petit ingrédient qui vient modifier notre réflexion, en suscitant des discussions qui n’auraient pas lieu sinon :
«Je ne savais pas que notre vote donnait de l’argent au parti, on n’a jamais parlé de ça » disait une jeune femme à sa conjointe.

Parfois il faut prendre le temps de digérer pour comprendre tout ce qu’on a appris:

« Je suis arrivé avec beaucoup de préjugés et en cours de route du souper, j'ai requestionné mes points de vue ... j'ai réalisé que malgré leurs différences ce sont aussi des êtres humains! » comme le rapportait un participant.
Certains sont des usagers de Plein Milieu qui trouvent dans ces soupers un espace très rare pour parler de sujets qui les passionnent et de renouer en quelque sorte avec des sphères communes (politique ou culture), d’autres s’impliquent à Plein Milieu à titre de Messager ou comme membre du CA. Pour eux, les réflexions ont un impact direct et positif sur leur implication et cherche à les renforcer comme participants actifs à la société, comme ils sont particulièrement bien placés pour propager et appliquer l’inclusion et la transformation sociale. Dans tous les cas, tous y trouvent un lieu d’appartenance spontané et positif, ouvert et respectueux : un véritable petit festin d’humanité!


Suivez-les sur facebook.com/Messagers.Plein.Milieu


Un partenariat rendu possible grâce à l'entente de lutte contre la pauvreté

2013-11-05

Table ronde @Semaine Santé et Société

Ce vendredi, invitation à penser, dans le cadre d’une table ronde, à des initiatives de médiation artistique critiques qui visent à transformer les rapports sociaux de domination et d’exclusion non pas au «nom de», mais «avec» les personnes vivant des situations de marginalisation et d’exclusion.
L'occasion de s'interroger sur le lien médiation culturelle et santé, soit comment penser et faire l’articulation entre les mieux-être individuels et collectifs.


Programme idAction avec les jeunes de Lac Simon (c)Exeko

Présentée par les membres de l’axe inclusion sociale du Groupe de recherche sur la médiation culturelle, 3 acteurs engagés dans des projets de médiation culturelle menés auprès de personnes vivant des situations de marginalisation et d’exclusion, sont invités à prendre la parole :

-  Maxime Goulet-Langlois, médiateur culturel et intellectuel chez Exeko
-  Cindy Schwartz, fondatrice du centre des arts de la scène Les Muses
-  Lucie Bisson, conteuse et artiste multidisciplinaire

La première édition de la Semaine Santé et Société se tient du 4 au 8 novembre et est organisée par l'Institut Santé et société (ISS) qui soutient le dialogue et la collaboration avec la communauté, plus spécifiquement avec leurs partenaires scientifiques, sociaux et économiques ainsi qu'avec les personnes ou les groupes appelés à prendre des décisions susceptibles d'avoir un impact sur la santé et le bien-être de la population.


Les membres de l'axe inclusion du groupe de recherche:
Marcelle Dubé de l’UQAC
Nadia Duguay d’Exeko
Ève Lamoureux de l’UQAM
Michel Vallée de la ville de Vaudreuil-Dorion


Plus d'info:
Table ronde @Semaine Santé et Société
Institut Santé et Société de l’UQAM
8 NOVEMBRE de 14h@15h30
Entrée gratuite (sur inscription)

Le groupe de recherche en médiation culturelle, composé de Culture pour tous, Exeko, la Ville de Montréal et d’universitaires du réseau de l'Université du Québec, contribue à l’enrichissement des pratiques professionnelles en médiation culturelle, à la documentation et à la réflexion autour de la participation des citoyens à la vie culturelle dans leur milieu de vie.


2013-11-04

Nos propositions pour la Politique Jeunesse du Québec


Mai 2013, Exeko, à titre de partenaire de la Stratégie d’Action Jeunesse actuelle du Québec, était convié au lancement de Destination 2030. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons alors pris part à cette grande réflexion collective sur l’avenir de la jeunesse portée principalement par le Secrétariat à le Jeunesse du Québec, Pauline Marois et Léo Bureau Blouin.

Nous avons au cours de l’été suivi et pris part à plusieurs des étapes de la consultation, que ce soit au travers le site interactif, dans notre région avec le Forum Jeunesse de l’Ile de Montréal, ou au  comité jeunesse du Réseau pour la stratégie urbaine pour la communauté autochtone de Montréal, avec les jeunes Autochtones au 3e Forum Jeunesse des Premières Nations, ou encore lors d’une rencontre avec Léo Bureau Blouin.

Nous avons également profité de l’occasion pour inscrire la réflexion autour d’une nouvelle politique jeunesse à l’agenda d’ateliers de médiation et de participation citoyenne avec les participants de nos projets et programmes, particulièrement idAction et idAction Mobile. Ainsi, nous avons invités des jeunes parmi les plus marginalisés du Québec à exprimer leurs propositions. Jeunes décrocheurs, jeunes incarcérés, jeunes de rue, jeunes Autochtones nous ont ainsi livré leurs préoccupations autant que leurs rêves, projetant leur identité propre, trop souvent brimée par leur marginalité et l’exclusion, dans une vision d’avenir pleine de créativité, d’audace et de sens pour la jeunesse du Québec. 

Cette consultation nous a permis d'être à l’écoute du milieu et des jeunes pour mieux affirmer les propositions portées par notre organisation. 

Le 31 octobre dernier, nous avons officiellement déposé à la Commission parlementaire qui décidera des orientations de la prochaine Politique Jeunesse du Québec, notre mémoire. Ainsi, nous avons affirmé un ensemble de propositions et de recommandations qui positionnent l’inclusion par l’innovation en culture et en éducation au cœur d’un projet de transformation sociale pour la jeunesse. 

Découvrez nos propositions en consultant le mémoire ici





2013-10-29

Un pied à la Sorbonne, l'autre à l'Unesco!

Ces 3 prochains jours, Nadia Duguay, co-fondatrice et codirectrice d'Exeko, pose ces valises à Paris pour des rencontres et conférences en terre française!

Dès aujourd'hui, Nadia présentera les initiatives d'Exeko en culture et éducation au pôle Éducation Inclusive au siège social de l'UNESCO, dont le précepte d'éducation inclusive est fondée sur le droit de tous à une éducation de qualité qui réponde aux besoins d’apprentissage essentiels et enrichisse l’existence des apprenants.
Comme Exeko, l'UNESCO envisage le potentiel de chaque individu et met l'éducation au centre de la cohésion sociale. 

Trickster, projet de médiation culturelle inclusive en communauté autochtone (c)Exeko


Demain, le 30, Nadia donnera une conférence au 6ème Colloque International du RIA, accueillit au sein de l'université Paris-Sorbonne, et qui invite des chercheurs et des praticiens de l'animation sociale et socioculturelle provenant des cinq continents. 
Nadia Duguay présentera les notions de médiation intellectuelle et culturelle inclusives selon Exeko via le programme idAction à ce 6° Colloque sur le thème d'Animation socioculturelle et intervention sociale : pour quels projets de société ?.

Et finalement, la rencontre Exeko/ France se terminera au bureau de M. Martin Hirsch, ancien Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, au sein du gouvernement Fillon et Haut-commissaire à la Jeunesse, maintenant en poste à la présidence de l'Agence du service civique.

De belles interactions à venir, bon voyage Nadia!

exeko.org

À propos d'Exeko

Exeko est un organisme de bienfaisance, basé à Montréal, dont la mission est de favoriser, par la culture et l’éducation, l’inclusion et le développement des populations les plus marginalisées.

Visitez le Site Officiel